Bienvenue sur le site (Site non institutionnel)

La façon dont on prend en charge une personne dépend de la façon dont on la regarde, la perçoit, l’envisage. Oblivio c’est considérer le résident Alzheimer comme un handicapé et non comme un malade. Un handicapé vit avec une déficience, cognitive dans ce cas, la déficience entraine une incapacité à effectuer certaines tâches et notre rôle est de pallier à ces incapacités.Plus la compétence de la personne diminue et plus elle est affectée par son environnement nocif. L’environnement Oblivio est conçu en fonction des lacunes de ces personnes. L’environnement doit être accompagné d’une organisation des interventions. Oblivio c’est une approche environnementale du handicap cognitif.


L’association s’engage alors dans la création d’un établissement spécialisé par la prise en charge des malades d’Alzheimer à Parisot (81).

Le livre sur la maladie d'Alzheimer à ne pas manquer


Un architecte, Didier LACHAIZE, s’engage dans le projet ainsi que la mairie de Parisot qui offre les terrains.

Le financement est bouclé, le dossier est prêt à l’automne 2002 et présenté au CROSSM de Toulouse.

La DDASS du Tarn et le conseil Général émettent un avis défavorable au projet et celui-ci est rejeté par le Comité Régional.

Le « concept Oblivio » ne fait pas à l’époque l’unanimité, en 2002 l’idée de mélanger les résidents présentant un déficit cognitif et les autres personnes âgées étant dominante, un concept « tout Alzheimer » n’était pas d’actualité.

En juin 2006, le directeur, Herbert Dominique, prend la direction d’une maison de retraite du Tarn (81) et des travaux d’extension, en juillet 2007 l’établissement ouvre ses portes avec une unité de 14 lits.

Le concept « Oblivio » passe de la théorie à la pratique après la formation du personnel et l’aménagement des locaux.